Emblématiques de la scène de Bordeaux en « St », les Standards furent un des groupes francophones les plus originaux des années 80.

Ils doivent en partie cette originalité à la personnalité aussi attachante qu’extravagante de Philippe Jolly leur chanteur, véritable personnage baroque, mélange de Iggy Pop et de Tim Burton. La première formation des Standards remonte à 1979 avec deux ex-Control, Jonathan Hill et François Renou, Phil Jolly et Jeff Lavergne à la batterie. C’est cette formation que l’on retrouve sur le premier single dont la pochette signée Catherine Millet indique « Avions pirates » et « Mr Wilson » alors que les titres présents sont « Divorcer » et « Extralucide », sur lequel Jolly montre ses talents d’écriture. « Les Avions Pirates » se retrouvent finalement sur la compilation « Bande France ». Le groupe propose un rock new-wave sans équivalent en France, l’esprit étant proche de certains groupes new-yorkais (Comateens, Student Teachers…).

Les Standards jouent beaucoup notamment sur la tournée Bordeaux Rock de Richard Berthou (avec Stalag et STO). Après un changement de section rythmique, le groupe enregistre, sous la houlette de Chris Wilson, le superbe « Nouvelles chaussures, nouvelle voiture », une des meilleurs titres de la compilation Snapshot(s) présentant la crème du rock hexagonal de 1983. Après l’arrivée à la basse de Jean-Marc Sigrist, le futur boss du studio Le Chalet, les Standards enregistrent un deuxième 45 tours avec, certainement leur meilleur titre, le très enlevé « Des Bruits La Nuits » en hommage à Richard Spleen (bassiste de Stalag et Strychnine). La face B, « Victime du Lavomatique », est une véritable mini-nouvelle déclamée par Jolly sur un fond de psychobilly malsain drivé par la guitare de Renou. Le single, autoproduit, sort sur le label créé pour l’occasion et nommé Vengeange Records, clin d’œil aux Cramps. Signés par Celluloïd, les Standards font partie des espoirs du rock français de 1985. Ils enregistrent un mini LP « Jack et Jerry » où alternent des titres rock et des ballades plus intimes et sur lequel se côtoient des personnages mythiques, Jack le prêcheur, Jerry Lee, Lily Pons… Coup du sort, le nom du groupe est oublié sur la pochette… les ventes en pâtissent, provoquant la séparation du combo.

Après les Standards, Phil Jolly tentera une carrière solo avec la sortie de l’album « Figures de femmes… et d’un petit bout d’homme », enregistré par Jean-Marc Sigrist au Chalet et sorti en 1987. François fondera les très bons mais éphémères Flying Badgers (voir l’article sur ce groupe). En 2005 le groupe se reforme pour quelques concerts et l’association Bordeaux Rock édite en CD « Il ne fallait pas les réveiller » compilant l’intégrale des titres studios (dont les inédits « Mr Wilson » et « La Sorcière », version française du « The Witch » des Sonics) et des extraits de concerts.

Philippe Jolly a le mauvaise idée de nous quitter en 2010 à 52 ans, son ami Kick (Strychnine) lui dédie un titre « Bo Jolly » sur son dernier album

Nouvelles chaussures nouvelles voitures – Extrait de l’album : Fallait pas les réveiller
Le sermon de Jack le prêcheur – Extrait de l’album : Fallait pas les réveiller
20 Semeur De Trouble (Live) – Extrait de l’album : Fallait pas les réveiller

Partager

La musique
Catégories de musique
Le Merch
Catégories de musique
Le Shop SIMONE
La vente d’articles « Chez-Simone » sert à financer la promotion des groupes et artistes !
À écouter
À lire
À porter
Les groupes
Catégories
Catégories
le projet

Simone est un site de distribution associatif, créé par des musiciens issus de la scène alternative.
Il est ouvert à tous, et vous propose de distribuer efficacement vos galettes aussi bien que votre merch.

Newsletter
Lettre d’information